Retrouvez toutes les animations ci-dessous

ou téléchargez ici le programme en pdf.

 

Partager "Agenda" sur facebookPartager "Agenda" sur twitterLien permanent

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie (Virginie Grimaldi)

note: 5la douleur d'une rupture Fleya - 24 mars 2018

Ben n'aime plus Pauline. Pauline ne peut concevoir sa vie [...]

Aucune critique récente

Au jardin (Emma Giuliani)

note: 51 livre / août 2019 sélectionjeunesse - 2 août 2019

Un magnifique documentaire grand format sur la vie d'un jardin [...]

Né d'aucune femme (Franck Bouysse)

note: 51 livre / août 2019 sélectionadulte - 9 juillet 2019

Dans un asile, le prêtre qui bénit le corps de [...]

Bleue (Keren Ann)

note: 51CD / août 2019 Musique Image - 2 août 2019

"Bleue" comme une eau limpide et claire qui deviendrait avec [...]

Lettres d'informations

Informations sur vos données personnelles

Nos newsletters vous donnent l’opportunité d’être informé sur :

 -Les animations de la médiathèque et du réseau de lecture publique Provence Alpes Agglomération

- Les invitations à certains événements que nous organisons

 

Ces informations sont stockées de manière sécurisée et accessibles uniquement par l’équipe de la médiathèque.

Vous pouvez à tout moment vous désinscrire de la lettre d'information en cliquant sur le lien présent au bas de la lettre.

 

Partager "Informations sur vos données personnelles" sur facebookPartager "Informations sur vos données personnelles" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

Les rats (James Herbert)

note: 51 livre / avril 2019 sélectionadulte - 30 mars 2019

Premier roman de James Herbert (1943-2013), ce livre l’a fait entrer dans la cour des grands écrivains d’épouvante.
Si certains les aiment, on peut dire que les rats sont majoritairement craints et détestés. Les rats communs ne sont pas appréciés alors lorsqu’il s’agit de rats mutants de 50 centimètres (attirés par la chair humaine de préférence) cela n’augure rien de bon dans Londres. Les autorités prennent la chose à la légère et vont rapidement se faire dépasser par les événements.
Herbert a un style direct. Peu de descriptions, on va à l’essentiel.
Un classique de la littérature d’épouvante anglaise du milieu des années 1970. À découvrir ou à relire dans sa version intégrale des trois volumes.