Retrouvez toutes les animations ci-dessous

ou téléchargez ici le programme en pdf.

 

Partager "Agenda" sur facebookPartager "Agenda" sur twitterLien permanent

Nos étoiles contraires (John Green)

note: 5une belle histoire émouvante Fleya - 22 février 2018

J'ai trouvé cette histoire très touchante : elle parle de [...]

L'oiseau qui avait avalé une étoile (Laurie Cohen)

note: 51 livre / avril 2019 sélectionjeunesse - 30 mars 2019

Des illustrations sobres et éclatantes qui jouent avec les ombres [...]

Les optimistes meurent en premier (Susin Nielsen)

note: 41 livre / juin 2019 sélectionjeunesse - 7 juin 2019

Susin Nielsen dresse avec finesse et sans mélo le portrait [...]

La tête sous l'eau (Olivier Adam)

note: 41 livre / juin 2019 sélectionadulte - 1 juin 2019

Ce court roman s’ouvre sur un fait divers contemporain : la [...]

Lettres d'informations

Informations sur vos données personnelles

Nos newsletters vous donnent l’opportunité d’être informé sur :

 -Les animations de la médiathèque et du réseau de lecture publique Provence Alpes Agglomération

- Les invitations à certains événements que nous organisons

 

Ces informations sont stockées de manière sécurisée et accessibles uniquement par l’équipe de la médiathèque.

Vous pouvez à tout moment vous désinscrire de la lettre d'information en cliquant sur le lien présent au bas de la lettre.

 

Partager "Informations sur vos données personnelles" sur facebookPartager "Informations sur vos données personnelles" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

Les rats (James Herbert)

note: 51 livre / avril 2019 sélectionadulte - 30 mars 2019

Premier roman de James Herbert (1943-2013), ce livre l’a fait entrer dans la cour des grands écrivains d’épouvante.
Si certains les aiment, on peut dire que les rats sont majoritairement craints et détestés. Les rats communs ne sont pas appréciés alors lorsqu’il s’agit de rats mutants de 50 centimètres (attirés par la chair humaine de préférence) cela n’augure rien de bon dans Londres. Les autorités prennent la chose à la légère et vont rapidement se faire dépasser par les événements.
Herbert a un style direct. Peu de descriptions, on va à l’essentiel.
Un classique de la littérature d’épouvante anglaise du milieu des années 1970. À découvrir ou à relire dans sa version intégrale des trois volumes.